1. Skip to navigation
  2. Skip to content
  3. Skip to sidebar

Un mot de passe Facebook ne constitue pas un outil de vérification approprié, prévient la Commission ontarienne des droits de la personne

Print Friendly

Au cours des dernières semaines, plusieurs postulants à des emplois aux États-Unis ont déclaré s’être fait demander leur mot de passe Facebook par des employeurs qui souhaitaient obtenir des renseignements personnels sur eux. Peu après, les médias regorgeaient de récits où des employeurs auraient demandé à des candidats d’ouvrir leur page de profil Facebook ou autre sur un ordinateur se trouvant dans la salle d’entrevue ou alors où des gestionnaires auraient exigé que le postulant devienne leur ami sur Facebook durant le processus d’entrevue.

Assurément, de telles tactiques visant à obtenir des renseignements personnels sur les candidats à partir de réseaux sociaux sont beaucoup moins fréquentes de ce côté-ci de la frontière. Le Toronto Star a néanmoins rapporté qu’un candidat à un poste de policier dans la région de Toronto s’était fait demander durant une entrevue de fournir son nom d’utilisateur et son mot de passe Facebook. Dans la foulée de la publication de l’article, la Commission ontarienne des droits de la personne s’est penchée sur la question à savoir si cette pratique d’embauche est acceptable.

En gros, selon la Commission, la réponse est « non ». La raison : cela pourrait contrevenir au Code des droits de la personne de l’Ontario. Voici un extrait du texte que la Commission a affiché sur sa page Facebook :

« Un profil sur Facebook pourrait contenir des renseignements directs ou indirects sur l’un des motifs interdits par le Code ou sur tous ces motifs : la race, la couleur, l’ascendance, la croyance (religion), le lieu d’origine, l’origine ethnique, la citoyenneté, le sexe (y compris la grossesse, l’identité sexuelle), l’orientation sexuelle, l’âge, l’état matrimonial (y compris le partenariat de même sexe), l’état familial, le handicap et l’état d’assisté social. Ces renseignements peuvent être publiés sous forme de texte ou être déduits de photos.

…les employeurs ne devraient pas demander aux candidats à un emploi l’accès à de l’information stockée dans un média social ou sur un site en ligne. Si un employeur le fait, il prend le risque de faire l’objet d’une requête pour discrimination en vertu du Code. »

La Commission a en outre conseillé aux chercheurs d’emploi de faire preuve de discernement lorsqu’ils mettent de l’information en ligne sur un forum public. Si l’employeur est en mesure de voir les renseignements sans avoir à demander au candidat la permission d’y accéder, ceux-ci pourraient être utilisés à des fins discriminatoires.

La présence d’une personne sur les réseaux sociaux peut donner un aperçu de sa personnalité, mais elle peut aussi dévoiler de l’information (p. ex. état matrimonial ou croyances religieuses) qui normalement demeurerait inconnue de l’employeur, ce qui dans certains cas pourrait inciter des candidats à prétendre être victimes de discrimination de la part de l’employeur potentiel.

Références : http://www.thestar.com/business/article/1148973–would-you-reveal-your-facebook-password-for-a-job (article en anglais)

http://www.facebook.com/the.ohrc (page Facebook de la Commission)

Site Web de la Commission ontarienne des droits de la personne

,